Nouvelles recettes

Wolfgang Puck Outed pour encore (parfois) servir du foie gras

Wolfgang Puck Outed pour encore (parfois) servir du foie gras

Si vous vous en souvenez, Wolfgang Puck est depuis longtemps un partisan de l'interdiction du foie gras, qualifiant le gavage des canards et des oies de « extrêmement préjudiciable au bien-être des animaux ».

Et bien, surprise surprise, le célèbre chef (et lauréat du James Beard's Lifetime Achievement Award) serait toujours en train de servir du foie gras au CUT à Singapour, ainsi que lors d'événements privés. Un peu bizarre, puisque plus de 100 chefs californiens viennent d'annoncer leur opposition à l'interdiction du foie gras du 1er juillet en Californie, tandis que Puck a envoyé un lettre juste expliquant son soutien.

Un représentant de Wolfgang Puck a déclaré à Food Arts qu'aux États-Unis, "Nous avons, malheureusement, des événements privés où les gens veulent du foie gras sur leur menu. Nous faisons de notre mieux pour les orienter dans une direction différente, mais parfois les gens le veulent juste."

Cette révélation a, bien sûr, poussé certaines personnes comme Chris Cosentino d'Incanto à traiter Puck d'hypocrite. "C'est triste et décourageant que vous vendiez non seulement votre âme, mais aussi que vous alliez à l'encontre de vos propres croyances", a déclaré Cosentino.

À Singapour, le foie gras aurait figuré deux fois au menu CUT, comme on le voit dans ces captures d'écran; le menu sur le site de Puck a depuis été modifié. CUT vient d'ouvrir l'année dernière, souligne le San Francisco Chronicle, mais la lettre de Puck soutenant l'interdiction affirme qu'il n'a pas servi de foie gras depuis 2007. Les représentants de Wolfgang Puck n'ont pas encore répondu à nos questions.


Communauté Ecofren F& B

Avec l'interdiction de produire ou de servir du foie gras qui se profile à l'horizon, comment les meilleurs chefs californiens réagissent-ils à l'abandon de la délicatesse de leurs menus ?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

Quand je repense à certains des plats les plus mémorables que j'aie jamais eus, il semble y avoir un thème récurrent: le steak parfaitement grillé garni de crumbles de foie gras d'un petit étal du marché de la Boqueria à Barcelone. Une délicieuse et grasse galette de terrine de foie gras servie avec du pain grillé et de la confiture épaisse chez Derrière à Paris. Et pas plus tard que la semaine dernière, une seule langoustine dodue, poêlée et garnie de oui, une toute petite tranche de foie gras au Bernardin à New York.

Si je vivais en Californie, je devrais renoncer à ces expériences, en tout cas localement. Car à partir de juillet 2012, une interdiction tant attendue de la production et de la vente de foie gras y entrera en vigueur. Heureusement, et pour de nombreuses autres raisons qui n'ont rien à voir avec les foies de canard, j'habite plutôt à New York. Il m'est difficile d'imaginer les chefs new-yorkais David Chang et Jean Georges Vongerichten suivre le chemin de Wolfgang Puck de Los Angeles et laisser tomber le foie gras de leurs menus sans se battre.

Mais cela m'a amené à me demander ce que les autres chefs californiens pensent de ne pas pouvoir utiliser cette délicatesse luxueuse et controversée dans un proche avenir. (Si vous avez besoin d'une introduction à toutes les plumes ébouriffées, le foie gras est traditionnellement fabriqué à partir de foies engraissés de canards élevés à la ferme et gavés, il y a un débat pour savoir si la pratique est une forme de cruauté envers les animaux.)

"Je ne suis pas un défenseur de la maltraitance des animaux, mais les gens aiment manger du foie gras, et c'est quelque chose qui fait partie de la cuisine raffinée depuis des lustres. Je déteste perdre quelque chose qui a tant de tradition », déclare Jason Maitland, chef exécutif du populaire Flavour Del Mar de San Diego. Le restaurant sert des plats mettant en vedette l'ingrédient, mais n'a pas les mots « foie gras » 8221 imprimé sur les menus, pour éviter les protestations des militants des droits des animaux. Au lieu de cela, Maitland le garde à portée de main pour préparer des plats spéciaux ou lorsque les clients réguliers demandent des plats le contenant.

Il dit qu'il a commencé la pratique lorsqu'il était chef au restaurant Arterra du Marriott Del Mar et que la chaîne voulait éviter toute publicité négative. « Ils ont dit : « Retirez-le de votre menu écrit, mais vous êtes le bienvenu pour le servir », dit Maitland.

Il continue donc la politique à son poste actuel, mais se conformera à l'interdiction une fois qu'elle entrera en vigueur. « J'ai rencontré la Ligue pour le sauvetage et la protection des animaux, qui voulait que nous arrêtions de servir du foie gras », dit-il. « Je leur ai dit que le produit serait bientôt illégal. Ce n'est pas comme s'ils allaient arrêter la production et ces oiseaux que je reçois en ce moment seront relâchés et voleront vers le sud pour l'hiver. Ils sont déjà cultivés et récoltés, donc c'est soit gaspillé, soit je l'utilise. Et pendant que j'en ai la chance, nous allons la servir.

Quant aux convives, le temps nous dira à quel point l'interdiction affectera leurs habitudes de restauration. "J'adore le foie gras et j'ai vu des arguments convaincants des deux côtés quant à la nature humaine de son élevage. Au mieux, c'est une procédure relativement indolore et au pire, c'est bien mieux que d'autres techniques agricoles largement adoptées , dit Linden Goh, qui est basé à Los Angeles et écrit le blog culinaire Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Est-ce que je le manquerai ? Bien sûr, de temps en temps et je le mangerai toujours avec plaisir quand je voyage.

Qu'est-ce que tu penses? Comment pensez-vous que l'interdiction affectera les chefs et les convives californiens ?

Clarissa Cruz est la rédactrice en chef du magazine O, The Oprah Magazine. Elle est l'ancienne rédactrice en chef du magazine People et a écrit pour Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine et Budget Travel. Elle est également apparue en tant qu'experte du divertissement à la télévision, notamment dans l'émission Today, le CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 et E!. Elle vit à New York.


Communauté Ecofren F& B

Avec l'interdiction de produire ou de servir du foie gras qui se profile à l'horizon, comment les meilleurs chefs californiens réagissent-ils à l'abandon de la délicatesse de leurs menus ?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

Quand je repense à certains des plats les plus mémorables que j'aie jamais eus, il semble y avoir un thème récurrent: le steak parfaitement grillé garni de crumbles de foie gras d'un petit étal du marché de la Boqueria à Barcelone. Une délicieuse et grasse galette de terrine de foie gras servie avec du pain grillé et de la confiture épaisse chez Derrière à Paris. Et pas plus tard que la semaine dernière, une seule langoustine dodue, poêlée et garnie de oui, une toute petite tranche de foie gras au Bernardin à New York.

Si je vivais en Californie, je devrais renoncer à ces expériences, localement en tout cas. Car à partir de juillet 2012, une interdiction tant attendue de la production et de la vente de foie gras y entrera en vigueur. Heureusement, et pour de nombreuses autres raisons qui n'ont rien à voir avec les foies de canard, j'habite plutôt à New York. Il m'est difficile d'imaginer les chefs new-yorkais David Chang et Jean Georges Vongerichten suivre le chemin de Wolfgang Puck de Los Angeles et laisser tomber le foie gras de leurs menus sans combattre.

Mais cela m'a amené à me demander ce que les autres chefs californiens pensent de ne pas pouvoir utiliser cette délicatesse luxueuse et controversée dans un proche avenir. (Si vous avez besoin d'une introduction à toutes les plumes ébouriffées, le foie gras est traditionnellement fabriqué à partir de foies engraissés de canards élevés à la ferme et gavés, il y a un débat pour savoir si la pratique est une forme de cruauté envers les animaux.)

"Je ne suis pas un défenseur de la maltraitance des animaux, mais les gens aiment manger du foie gras, et c'est quelque chose qui fait partie de la cuisine raffinée depuis des lustres. Je déteste perdre quelque chose qui a tant de tradition », déclare Jason Maitland, chef exécutif du populaire Flavour Del Mar de San Diego. Le restaurant sert des plats mettant en vedette l'ingrédient, mais n'a pas les mots « foie gras » 8221 imprimé sur les menus, pour éviter les protestations des militants des droits des animaux. Au lieu de cela, Maitland le garde à portée de main pour préparer des plats spéciaux ou lorsque les clients réguliers demandent des plats le contenant.

Il dit qu'il a commencé la pratique lorsqu'il était chef au restaurant Arterra du Marriott Del Mar et que la chaîne voulait éviter toute publicité négative. « Ils ont dit : « Retirez-le de votre menu écrit, mais vous êtes le bienvenu pour le servir », dit Maitland.

Il continue donc la politique à son poste actuel, mais se conformera à l'interdiction une fois qu'elle entrera en vigueur. « J'ai rencontré la Ligue pour le sauvetage et la protection des animaux, qui voulait que nous arrêtions de servir du foie gras », dit-il. « Je leur ai dit que le produit serait bientôt illégal. Ce n'est pas comme s'ils allaient arrêter la production et ces oiseaux que je reçois en ce moment seront relâchés et voleront vers le sud pour l'hiver. Ils sont déjà cultivés et récoltés, donc c'est soit gaspillé, soit je l'utilise. Et pendant que j'en ai la chance, nous allons la servir.

Quant aux convives, le temps nous dira à quel point l'interdiction affectera leurs habitudes de restauration. "J'adore le foie gras et j'ai vu des arguments convaincants des deux côtés quant à la nature humaine de son élevage. Au mieux, c'est une procédure relativement indolore et au pire, c'est bien mieux que certaines autres techniques agricoles largement adoptées , dit Linden Goh, qui est basé à Los Angeles et écrit le blog culinaire Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Est-ce que je le manquerai ? Bien sûr, de temps en temps et je le mangerai toujours avec plaisir quand je voyage.

Qu'est-ce que tu penses? Comment pensez-vous que l'interdiction affectera les chefs et les convives californiens ?

Clarissa Cruz est la rédactrice en chef du magazine O, The Oprah Magazine. Elle est l'ancienne rédactrice en chef du magazine People et a écrit pour Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine et Budget Travel. Elle est également apparue en tant qu'experte du divertissement à la télévision, notamment dans l'émission Today, le CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 et E!. Elle vit à New York.


Communauté Ecofren F& B

Avec l'interdiction de produire ou de servir du foie gras qui se profile à l'horizon, comment les meilleurs chefs californiens réagissent-ils à l'abandon de la délicatesse de leurs menus ?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

Quand je repense à certains des plats les plus mémorables que j'aie jamais eus, il semble y avoir un thème récurrent: le steak parfaitement grillé garni de crumbles de foie gras d'un petit étal du marché de la Boqueria à Barcelone. Une délicieuse et grasse galette de terrine de foie gras servie avec du pain grillé et de la confiture épaisse chez Derrière à Paris. Et pas plus tard que la semaine dernière, une seule langoustine dodue, poêlée et garnie de oui, une toute petite tranche de foie gras au Bernardin à New York.

Si je vivais en Californie, je devrais renoncer à ces expériences, localement en tout cas. Car à partir de juillet 2012, une interdiction tant attendue de la production et de la vente de foie gras y entrera en vigueur. Heureusement, et pour de nombreuses autres raisons qui n'ont rien à voir avec les foies de canard, j'habite plutôt à New York. Il m'est difficile d'imaginer les chefs new-yorkais David Chang et Jean Georges Vongerichten suivre le chemin de Wolfgang Puck de Los Angeles et laisser tomber le foie gras de leurs menus sans se battre.

Mais cela m'a amené à me demander ce que les autres chefs californiens pensent de ne pas pouvoir utiliser cette délicatesse luxueuse et controversée dans un proche avenir. (Si vous avez besoin d'une introduction à toutes les plumes ébouriffées, le foie gras est traditionnellement fabriqué à partir de foies engraissés de canards élevés à la ferme et gavés, il y a un débat pour savoir si la pratique est une forme de cruauté envers les animaux.)

"Je ne suis pas un défenseur de la maltraitance des animaux, mais les gens aiment manger du foie gras, et c'est quelque chose qui fait partie de la cuisine raffinée depuis des lustres. Je déteste perdre quelque chose qui a tant de tradition », déclare Jason Maitland, chef exécutif du populaire Flavour Del Mar de San Diego. Le restaurant sert des plats mettant en vedette l'ingrédient, mais n'a pas les mots « foie gras » 8221 imprimé sur les menus, pour éviter les protestations des militants des droits des animaux. Au lieu de cela, Maitland le garde à portée de main pour préparer des plats spéciaux ou lorsque les clients réguliers demandent des plats le contenant.

Il dit qu'il a commencé la pratique lorsqu'il était chef au restaurant Arterra du Marriott Del Mar et que la chaîne voulait éviter toute publicité négative. « Ils ont dit : « Retirez-le de votre menu écrit, mais vous êtes le bienvenu pour le servir », dit Maitland.

Il continue donc la politique à son poste actuel, mais se conformera à l'interdiction une fois qu'elle entrera en vigueur. « J'ai rencontré la Ligue pour le sauvetage et la protection des animaux, qui voulait que nous arrêtions de servir du foie gras », dit-il. « Je leur ai dit que le produit serait bientôt illégal. Ce n'est pas comme s'ils allaient arrêter la production et ces oiseaux que je reçois en ce moment seront relâchés et voleront vers le sud pour l'hiver. Ils sont déjà cultivés et récoltés, donc c'est soit gaspillé, soit je l'utilise. Et pendant que j'en ai la chance, nous allons la servir.

Quant aux convives, le temps nous dira à quel point l'interdiction affectera leurs habitudes de restauration. "J'adore le foie gras et j'ai vu des arguments convaincants des deux côtés quant à la nature humaine de son élevage. Au mieux, c'est une procédure relativement indolore et au pire, c'est bien mieux que certaines autres techniques agricoles largement adoptées , dit Linden Goh, qui est basé à Los Angeles et écrit le blog culinaire Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Est-ce que je le manquerai ? Bien sûr, de temps en temps et je le mangerai toujours avec plaisir quand je voyage.

Qu'est-ce que tu penses? Comment pensez-vous que l'interdiction affectera les chefs et les convives californiens ?

Clarissa Cruz est la rédactrice en chef du magazine O, The Oprah Magazine. Elle est l'ancienne rédactrice en chef du magazine People et a écrit pour Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine et Budget Travel. Elle est également apparue en tant qu'experte du divertissement à la télévision, notamment dans l'émission Today, le CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 et E!. Elle vit à New York.


Communauté Ecofren F& B

Avec l'interdiction de produire ou de servir du foie gras qui se profile à l'horizon, comment les meilleurs chefs californiens réagissent-ils à l'abandon de la délicatesse de leurs menus ?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

Quand je repense à certains des plats les plus mémorables que j'aie jamais eus, il semble y avoir un thème récurrent: le steak parfaitement grillé garni de crumbles de foie gras d'un petit étal du marché de la Boqueria à Barcelone. Une délicieuse et grasse galette de terrine de foie gras servie avec du pain grillé et de la confiture épaisse chez Derrière à Paris. Et pas plus tard que la semaine dernière, une seule langoustine dodue, poêlée et garnie de oui, une toute petite tranche de foie gras au Bernardin à New York.

Si je vivais en Californie, je devrais renoncer à ces expériences, localement en tout cas. Car à partir de juillet 2012, une interdiction tant attendue de la production et de la vente de foie gras y entrera en vigueur. Heureusement, et pour de nombreuses autres raisons qui n'ont rien à voir avec les foies de canard, j'habite plutôt à New York. Il m'est difficile d'imaginer les chefs new-yorkais David Chang et Jean Georges Vongerichten suivre le chemin de Wolfgang Puck de Los Angeles et laisser tomber le foie gras de leurs menus sans se battre.

Mais cela m'a amené à me demander ce que les autres chefs californiens pensent de ne pas pouvoir utiliser cette délicatesse luxueuse et controversée dans un proche avenir. (Si vous avez besoin d'une introduction à toutes les plumes ébouriffées, le foie gras est traditionnellement fabriqué à partir de foies engraissés de canards élevés à la ferme et gavés, il y a un débat pour savoir si la pratique est une forme de cruauté envers les animaux.)

"Je ne suis pas un défenseur de la maltraitance des animaux, mais les gens aiment manger du foie gras, et c'est quelque chose qui fait partie de la cuisine raffinée depuis des lustres. Je déteste perdre quelque chose qui a tant de tradition », déclare Jason Maitland, chef exécutif du populaire Flavour Del Mar de San Diego. Le restaurant sert des plats mettant en vedette l'ingrédient, mais n'a pas les mots « foie gras » 8221 imprimé sur les menus, pour éviter les protestations des militants des droits des animaux. Au lieu de cela, Maitland le garde à portée de main pour préparer des plats spéciaux ou lorsque les clients réguliers demandent des plats le contenant.

Il dit qu'il a commencé la pratique lorsqu'il était chef au restaurant Arterra du Marriott Del Mar et que la chaîne voulait éviter toute publicité négative. « Ils ont dit : « Retirez-le de votre menu écrit, mais vous êtes le bienvenu pour le servir », dit Maitland.

Il continue donc la politique à son poste actuel, mais se conformera à l'interdiction une fois qu'elle entrera en vigueur. « J'ai rencontré la Ligue pour le sauvetage et la protection des animaux, qui voulait que nous arrêtions de servir du foie gras », dit-il. « Je leur ai dit que le produit serait bientôt illégal. Ce n'est pas comme s'ils allaient arrêter la production et ces oiseaux que je reçois en ce moment seront relâchés et voleront vers le sud pour l'hiver. Ils sont déjà cultivés et récoltés, donc c'est soit gaspillé, soit je l'utilise. Et pendant que j'en ai la chance, nous allons la servir.

Quant aux convives, le temps nous dira à quel point l'interdiction affectera leurs habitudes de restauration. "J'adore le foie gras et j'ai vu des arguments convaincants des deux côtés quant à la nature humaine de son élevage. Au mieux, c'est une procédure relativement indolore et au pire, c'est bien mieux que certaines autres techniques agricoles largement adoptées , dit Linden Goh, qui est basé à Los Angeles et écrit le blog culinaire Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Est-ce que je le manquerai ? Bien sûr, de temps en temps et je le mangerai toujours avec plaisir quand je voyage.

Qu'est-ce que tu penses? Comment pensez-vous que l'interdiction affectera les chefs et les convives californiens ?

Clarissa Cruz est la rédactrice en chef du magazine O, The Oprah Magazine. Elle est l'ancienne rédactrice en chef du magazine People et a écrit pour Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine et Budget Travel. Elle est également apparue en tant qu'experte du divertissement à la télévision, notamment dans l'émission Today, le CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 et E!. Elle vit à New York.


Communauté Ecofren F& B

Avec l'interdiction de produire ou de servir du foie gras qui se profile à l'horizon, comment les meilleurs chefs californiens réagissent-ils à l'abandon de la délicatesse de leurs menus ?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

Quand je repense à certains des plats les plus mémorables que j'aie jamais eus, il semble y avoir un thème récurrent: le steak parfaitement grillé garni de crumbles de foie gras d'un petit étal du marché de la Boqueria à Barcelone. Une délicieuse et grasse galette de terrine de foie gras servie avec du pain grillé et de la confiture épaisse chez Derrière à Paris. Et la semaine dernière, une seule langoustine dodue, poêlée et garnie de oui, une toute petite tranche de foie gras au Bernardin à New York.

Si je vivais en Californie, je devrais renoncer à ces expériences, localement en tout cas. Car à partir de juillet 2012, une interdiction tant attendue de la production et de la vente de foie gras y entrera en vigueur. Heureusement, et pour de nombreuses autres raisons qui n'ont rien à voir avec les foies de canard, j'habite plutôt à New York. Il m'est difficile d'imaginer les chefs new-yorkais David Chang et Jean Georges Vongerichten suivre le chemin de Wolfgang Puck de Los Angeles et laisser tomber le foie gras de leurs menus sans se battre.

Mais cela m'a amené à me demander ce que les autres chefs californiens pensent de ne pas pouvoir utiliser cette délicatesse luxueuse et controversée dans un proche avenir. (Si vous avez besoin d'une introduction à toutes les plumes ébouriffées, le foie gras est traditionnellement fabriqué à partir de foies engraissés de canards élevés à la ferme et gavés, il y a un débat pour savoir si la pratique est une forme de cruauté envers les animaux.)

"Je ne suis pas un défenseur de la maltraitance des animaux, mais les gens aiment manger du foie gras, et c'est quelque chose qui fait partie de la cuisine raffinée depuis des lustres. Je déteste perdre quelque chose qui a tant de tradition », déclare Jason Maitland, chef exécutif du populaire Flavour Del Mar de San Diego. Le restaurant sert des plats mettant en vedette l'ingrédient, mais n'a pas les mots « foie gras » 8221 imprimé sur les menus, pour éviter les protestations des militants des droits des animaux. Au lieu de cela, Maitland le garde à portée de main pour préparer des plats spéciaux ou lorsque les clients réguliers demandent des plats le contenant.

Il dit qu'il a commencé la pratique lorsqu'il était chef au restaurant Arterra du Marriott Del Mar et que la chaîne voulait éviter toute publicité négative. « Ils ont dit : « Retirez-le de votre menu écrit, mais vous êtes le bienvenu pour le servir », dit Maitland.

Il continue donc la politique à son poste actuel, mais se conformera à l'interdiction une fois qu'elle entrera en vigueur. « J'ai rencontré la Ligue pour le sauvetage et la protection des animaux, qui voulait que nous arrêtions de servir du foie gras », dit-il. « Je leur ai dit que le produit serait bientôt illégal. Ce n'est pas comme s'ils allaient arrêter la production et ces oiseaux que je reçois en ce moment seront relâchés et voleront vers le sud pour l'hiver. Ils sont déjà cultivés et récoltés, donc c'est soit gaspillé, soit je l'utilise. Et pendant que j'en ai la chance, nous allons la servir.

Quant aux convives, le temps nous dira à quel point l'interdiction affectera leurs habitudes de restauration. "J'adore le foie gras et j'ai vu des arguments convaincants des deux côtés quant à la nature humaine de son élevage. Au mieux, c'est une procédure relativement indolore et au pire, c'est bien mieux que certaines autres techniques agricoles largement adoptées , dit Linden Goh, qui est basé à Los Angeles et écrit le blog culinaire Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Est-ce que je le manquerai ? Bien sûr, de temps en temps et je le mangerai toujours avec plaisir quand je voyage.

Qu'est-ce que tu penses? Comment pensez-vous que l'interdiction affectera les chefs et les convives californiens ?

Clarissa Cruz est la rédactrice en chef du magazine O, The Oprah Magazine. Elle est l'ancienne rédactrice en chef du magazine People et a écrit pour Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine et Budget Travel. Elle est également apparue en tant qu'experte du divertissement à la télévision, notamment dans l'émission Today, le CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 et E!. Elle vit à New York.


Communauté Ecofren F& B

Avec l'interdiction de produire ou de servir du foie gras qui se profile à l'horizon, comment les meilleurs chefs californiens réagissent-ils à l'abandon de la délicatesse de leurs menus ?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

Quand je repense à certains des plats les plus mémorables que j'aie jamais eus, il semble y avoir un thème récurrent: le steak parfaitement grillé garni de crumbles de foie gras d'un petit étal du marché de la Boqueria à Barcelone. Une délicieuse et grasse galette de terrine de foie gras servie avec du pain grillé et de la confiture épaisse chez Derrière à Paris. Et pas plus tard que la semaine dernière, une seule langoustine dodue, poêlée et garnie de oui, une toute petite tranche de foie gras au Bernardin à New York.

Si je vivais en Californie, je devrais renoncer à ces expériences, en tout cas localement. Car à partir de juillet 2012, une interdiction tant attendue de la production et de la vente de foie gras y entrera en vigueur. Heureusement, et pour de nombreuses autres raisons qui n'ont rien à voir avec les foies de canard, j'habite plutôt à New York. Il m'est difficile d'imaginer les chefs new-yorkais David Chang et Jean Georges Vongerichten suivre le chemin de Wolfgang Puck de Los Angeles et laisser tomber le foie gras de leurs menus sans se battre.

Mais cela m'a amené à me demander ce que les autres chefs californiens pensent de ne pas pouvoir utiliser cette délicatesse luxueuse et controversée dans un proche avenir. (Si vous avez besoin d'une introduction à toutes les plumes ébouriffées, le foie gras est traditionnellement fabriqué à partir de foies engraissés de canards élevés à la ferme et gavés, il y a un débat pour savoir si la pratique est une forme de cruauté envers les animaux.)

"Je ne suis pas un défenseur de la maltraitance des animaux, mais les gens aiment manger du foie gras, et c'est quelque chose qui fait partie de la cuisine raffinée depuis des lustres. Je déteste perdre quelque chose qui a tant de tradition », déclare Jason Maitland, chef exécutif du populaire Flavour Del Mar de San Diego. Le restaurant sert des plats mettant en vedette l'ingrédient, mais n'a pas les mots « foie gras » 8221 imprimé sur les menus, pour éviter les protestations des militants des droits des animaux. Au lieu de cela, Maitland le garde à portée de main pour préparer des plats spéciaux ou lorsque les clients réguliers demandent des plats le contenant.

Il dit qu'il a commencé la pratique lorsqu'il était chef au restaurant Arterra du Marriott Del Mar et que la chaîne voulait éviter toute publicité négative. « Ils ont dit : « Retirez-le de votre menu écrit, mais vous êtes le bienvenu pour le servir », dit Maitland.

Il continue donc la politique à son poste actuel, mais se conformera à l'interdiction une fois qu'elle entrera en vigueur. « J'ai rencontré la Ligue pour le sauvetage et la protection des animaux, qui voulait que nous arrêtions de servir du foie gras », dit-il. « Je leur ai dit que le produit serait bientôt illégal. Ce n'est pas comme s'ils allaient arrêter la production et ces oiseaux que je reçois en ce moment seront relâchés et voleront vers le sud pour l'hiver. Ils sont déjà cultivés et récoltés, donc cela est soit gaspillé, soit je l'utilise. Et pendant que j'en ai la chance, nous allons la servir.

Quant aux convives, le temps nous dira à quel point l'interdiction affectera leurs habitudes de restauration. "J'adore le foie gras et j'ai vu des arguments convaincants des deux côtés quant à la nature humaine de son élevage. Au mieux, c'est une procédure relativement indolore et au pire, c'est bien mieux que certaines autres techniques agricoles largement adoptées , dit Linden Goh, qui est basée à Los Angeles et écrit le blog culinaire Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Est-ce que je le manquerai ? Bien sûr, de temps en temps et je le mangerai toujours avec plaisir quand je voyage.

Qu'est-ce que tu penses? Comment pensez-vous que l'interdiction affectera les chefs et les convives californiens ?

Clarissa Cruz est la rédactrice en chef du magazine O, The Oprah Magazine. Elle est l'ancienne rédactrice en chef du magazine People et a écrit pour Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine et Budget Travel. Elle est également apparue en tant qu'experte du divertissement à la télévision, notamment dans l'émission Today, le CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 et E!. Elle vit à New York.


Communauté Ecofren F& B

Avec l'interdiction de produire ou de servir du foie gras qui se profile à l'horizon, comment les meilleurs chefs californiens réagissent-ils à l'abandon de la délicatesse de leurs menus ?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

Quand je repense à certains des plats les plus mémorables que j'aie jamais eus, il semble y avoir un thème récurrent: le steak parfaitement grillé garni de crumbles de foie gras d'un petit étal du marché de la Boqueria à Barcelone. Une délicieuse et grasse galette de terrine de foie gras servie avec du pain grillé et de la confiture épaisse chez Derrière à Paris. Et la semaine dernière, une seule langoustine dodue, poêlée et garnie de oui, une toute petite tranche de foie gras au Bernardin à New York.

Si je vivais en Californie, je devrais renoncer à ces expériences, localement en tout cas. Car à partir de juillet 2012, une interdiction tant attendue de la production et de la vente de foie gras y entrera en vigueur. Heureusement, et pour de nombreuses autres raisons qui n'ont rien à voir avec les foies de canard, j'habite plutôt à New York. Il m'est difficile d'imaginer les chefs new-yorkais David Chang et Jean Georges Vongerichten suivre le chemin de Wolfgang Puck de Los Angeles et laisser tomber le foie gras de leurs menus sans se battre.

Mais cela m'a amené à me demander ce que les autres chefs californiens pensent de ne pas pouvoir utiliser cette délicatesse luxueuse et controversée dans un proche avenir. (Si vous avez besoin d'une introduction à toutes les plumes ébouriffées, le foie gras est traditionnellement fabriqué à partir de foies engraissés de canards élevés à la ferme et gavés, il y a un débat pour savoir si la pratique est une forme de cruauté envers les animaux.)

"Je ne suis pas un défenseur de la maltraitance des animaux, mais les gens aiment manger du foie gras, et c'est quelque chose qui fait partie de la cuisine raffinée depuis des lustres. Je déteste perdre quelque chose qui a tant de tradition », déclare Jason Maitland, chef exécutif du populaire Flavour Del Mar de San Diego. Le restaurant sert des plats mettant en vedette l'ingrédient, mais n'a pas les mots « foie gras » 8221 imprimé sur les menus, pour éviter les protestations des militants des droits des animaux. Au lieu de cela, Maitland le garde à portée de main pour préparer des plats spéciaux ou lorsque les clients réguliers demandent des plats le contenant.

Il dit qu'il a commencé la pratique lorsqu'il était chef au restaurant Arterra du Marriott Del Mar et que la chaîne voulait éviter toute publicité négative. « Ils ont dit : « Retirez-le de votre menu écrit, mais vous êtes le bienvenu pour le servir », dit Maitland.

Il continue donc la politique à son poste actuel, mais se conformera à l'interdiction une fois qu'elle entrera en vigueur. « J'ai rencontré la Ligue pour le sauvetage et la protection des animaux, qui voulait que nous arrêtions de servir du foie gras », dit-il. « Je leur ai dit que le produit serait bientôt illégal. Ce n'est pas comme s'ils allaient arrêter la production et ces oiseaux que je reçois en ce moment seront relâchés et voleront vers le sud pour l'hiver. Ils sont déjà cultivés et récoltés, donc c'est soit gaspillé, soit je l'utilise. Et pendant que j'en ai la chance, nous allons la servir.

Quant aux convives, le temps nous dira à quel point l'interdiction affectera leurs habitudes de restauration. "J'adore le foie gras et j'ai vu des arguments convaincants des deux côtés quant à la nature humaine de son élevage. Au mieux, c'est une procédure relativement indolore et au pire, c'est bien mieux que certaines autres techniques agricoles largement adoptées , dit Linden Goh, qui est basé à Los Angeles et écrit le blog culinaire Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Est-ce que je le manquerai ? Bien sûr, de temps en temps et je le mangerai toujours avec plaisir quand je voyage.

Qu'est-ce que tu penses? Comment pensez-vous que l'interdiction affectera les chefs et les convives californiens ?

Clarissa Cruz est la rédactrice en chef du magazine O, The Oprah Magazine. Elle est l'ancienne rédactrice en chef du magazine People et a écrit pour Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine et Budget Travel. Elle est également apparue en tant qu'experte du divertissement à la télévision, notamment dans l'émission Today, le CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 et E!. Elle vit à New York.


Communauté Ecofren F& B

Avec l'interdiction de produire ou de servir du foie gras qui se profile à l'horizon, comment les meilleurs chefs californiens réagissent-ils à l'abandon de la délicatesse de leurs menus ?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

Quand je repense à certains des plats les plus mémorables que j'aie jamais eus, il semble y avoir un thème récurrent : le steak parfaitement grillé garni de crumbles de foie gras d'un petit étal du marché de la Boqueria à Barcelone. Une délicieuse et grasse galette de terrine de foie gras servie avec du pain grillé et de la confiture épaisse chez Derrière à Paris. And just last week, a single plump langoustine, seared and garnished with yes, a tiny slice of foie gras at Le Bernardin in New York City.

If I lived in California, I’d have to forgo these experiences—locally anyway. Because starting in July 2012 a long-anticipated ban on the production and sale of foie gras will go into effect there. Luckily—and for many other reasons that have nothing to do with duck livers—I live in New York instead. It’s hard for me to imagine the likes of New York City chefs David Chang and Jean Georges Vongerichten going the way of Los Angeles’s Wolfgang Puck and dropping foie gras from their menus without a fight.

But it got me wondering what other chefs in California think about not being able to use the luxe, controversial delicacy in the near future. (If you need a primer on what all the ruffled feathers are about, foie gras is traditionally made from the fattened livers of farm-raised, force-fed ducks there is debate about whether the practice is a form of animal cruelty.)

“I’m not an advocate for the mistreatment of animals, but people enjoy eating foie gras, and it’s something that has been part of finer cuisine for ages. I hate to lose something that has so much tradition,” says Jason Maitland, executive chef of San Diego’s popular Flavor Del Mar. The restaurant serves dishes featuring the ingredient—but doesn’t have the words “foie gras” printed on the menus, to avoid protests by animal rights activists. Instead Maitland keeps it on hand to prepare as specials or when regular customers request dishes containing it.

He says he began the practice when he was chef at Arterra Restaurant in the Marriott Del Mar and the chain wanted to avoid negative publicity. “They said ‘Take it off your written menu, but you’re welcome to serve it,'” says Maitland.

So he continues the policy at his current post, but will comply with the ban once it goes into effect. “I met with the Animal Rescue and Protection League, who wanted us to stop serving foie gras,” he says. “I told them the product will be illegal soon enough. It’s not like they’re going to stop production and these birds I’m getting right now will be released and fly south for the winter. They’re already being farmed and harvested so this either goes to waste or I use it. And while I have the chance, we’re going to serve it.”

As for diners, time will tell how much the ban will affect their restaurant habits. “I do love foie gras and have seen compelling arguments on both sides as to the humane nature of its farming—at best it’s a relatively painless procedure and at worst, it’s a lot better than some other widely adopted farming techniques,” says Linden Goh, who is based in Los Angeles and writes the food blog Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Will I miss it? Sure, from time to time and I’ll still happily eat it when I travel.”

Qu'est-ce que tu penses? How do you think the ban will affect California chefs and diners?

Clarissa Cruz is the Fashion Features Editor of O, The Oprah Magazine. She is the former Style Editor of People magazine and has written for Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine, and Budget Travel. She has also appeared as an entertainment expert on television, including the Today show, the CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 and E!. Elle vit à New York.


Ecofren F & B Community

With a ban on producing or serving fois gras lurking on the horizon, how are California’s top chefs reacting to dropping the delicacy from their menus?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

When I think back on some of the most memorable dishes I’ve ever had, there seems to be bit of a recurring theme: The perfectly grilled steak topped with crumbles of foie gras from a little stall in Barcelona’s Boqueria market. A luscious, fat slab of foie gras terrine served with charred bread and thick jam at Derriere in Paris. And just last week, a single plump langoustine, seared and garnished with yes, a tiny slice of foie gras at Le Bernardin in New York City.

If I lived in California, I’d have to forgo these experiences—locally anyway. Because starting in July 2012 a long-anticipated ban on the production and sale of foie gras will go into effect there. Luckily—and for many other reasons that have nothing to do with duck livers—I live in New York instead. It’s hard for me to imagine the likes of New York City chefs David Chang and Jean Georges Vongerichten going the way of Los Angeles’s Wolfgang Puck and dropping foie gras from their menus without a fight.

But it got me wondering what other chefs in California think about not being able to use the luxe, controversial delicacy in the near future. (If you need a primer on what all the ruffled feathers are about, foie gras is traditionally made from the fattened livers of farm-raised, force-fed ducks there is debate about whether the practice is a form of animal cruelty.)

“I’m not an advocate for the mistreatment of animals, but people enjoy eating foie gras, and it’s something that has been part of finer cuisine for ages. I hate to lose something that has so much tradition,” says Jason Maitland, executive chef of San Diego’s popular Flavor Del Mar. The restaurant serves dishes featuring the ingredient—but doesn’t have the words “foie gras” printed on the menus, to avoid protests by animal rights activists. Instead Maitland keeps it on hand to prepare as specials or when regular customers request dishes containing it.

He says he began the practice when he was chef at Arterra Restaurant in the Marriott Del Mar and the chain wanted to avoid negative publicity. “They said ‘Take it off your written menu, but you’re welcome to serve it,'” says Maitland.

So he continues the policy at his current post, but will comply with the ban once it goes into effect. “I met with the Animal Rescue and Protection League, who wanted us to stop serving foie gras,” he says. “I told them the product will be illegal soon enough. It’s not like they’re going to stop production and these birds I’m getting right now will be released and fly south for the winter. They’re already being farmed and harvested so this either goes to waste or I use it. And while I have the chance, we’re going to serve it.”

As for diners, time will tell how much the ban will affect their restaurant habits. “I do love foie gras and have seen compelling arguments on both sides as to the humane nature of its farming—at best it’s a relatively painless procedure and at worst, it’s a lot better than some other widely adopted farming techniques,” says Linden Goh, who is based in Los Angeles and writes the food blog Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Will I miss it? Sure, from time to time and I’ll still happily eat it when I travel.”

Qu'est-ce que tu penses? How do you think the ban will affect California chefs and diners?

Clarissa Cruz is the Fashion Features Editor of O, The Oprah Magazine. She is the former Style Editor of People magazine and has written for Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine, and Budget Travel. She has also appeared as an entertainment expert on television, including the Today show, the CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 and E!. Elle vit à New York.


Ecofren F & B Community

With a ban on producing or serving fois gras lurking on the horizon, how are California’s top chefs reacting to dropping the delicacy from their menus?
http://www.inc.com/one-chef%E2%80%99s-take-on-the-foie-gras-ban.html

When I think back on some of the most memorable dishes I’ve ever had, there seems to be bit of a recurring theme: The perfectly grilled steak topped with crumbles of foie gras from a little stall in Barcelona’s Boqueria market. A luscious, fat slab of foie gras terrine served with charred bread and thick jam at Derriere in Paris. And just last week, a single plump langoustine, seared and garnished with yes, a tiny slice of foie gras at Le Bernardin in New York City.

If I lived in California, I’d have to forgo these experiences—locally anyway. Because starting in July 2012 a long-anticipated ban on the production and sale of foie gras will go into effect there. Luckily—and for many other reasons that have nothing to do with duck livers—I live in New York instead. It’s hard for me to imagine the likes of New York City chefs David Chang and Jean Georges Vongerichten going the way of Los Angeles’s Wolfgang Puck and dropping foie gras from their menus without a fight.

But it got me wondering what other chefs in California think about not being able to use the luxe, controversial delicacy in the near future. (If you need a primer on what all the ruffled feathers are about, foie gras is traditionally made from the fattened livers of farm-raised, force-fed ducks there is debate about whether the practice is a form of animal cruelty.)

“I’m not an advocate for the mistreatment of animals, but people enjoy eating foie gras, and it’s something that has been part of finer cuisine for ages. I hate to lose something that has so much tradition,” says Jason Maitland, executive chef of San Diego’s popular Flavor Del Mar. The restaurant serves dishes featuring the ingredient—but doesn’t have the words “foie gras” printed on the menus, to avoid protests by animal rights activists. Instead Maitland keeps it on hand to prepare as specials or when regular customers request dishes containing it.

He says he began the practice when he was chef at Arterra Restaurant in the Marriott Del Mar and the chain wanted to avoid negative publicity. “They said ‘Take it off your written menu, but you’re welcome to serve it,'” says Maitland.

So he continues the policy at his current post, but will comply with the ban once it goes into effect. “I met with the Animal Rescue and Protection League, who wanted us to stop serving foie gras,” he says. “I told them the product will be illegal soon enough. It’s not like they’re going to stop production and these birds I’m getting right now will be released and fly south for the winter. They’re already being farmed and harvested so this either goes to waste or I use it. And while I have the chance, we’re going to serve it.”

As for diners, time will tell how much the ban will affect their restaurant habits. “I do love foie gras and have seen compelling arguments on both sides as to the humane nature of its farming—at best it’s a relatively painless procedure and at worst, it’s a lot better than some other widely adopted farming techniques,” says Linden Goh, who is based in Los Angeles and writes the food blog Gastronomnom http://www.gastronomnom.com. “Will I miss it? Sure, from time to time and I’ll still happily eat it when I travel.”

Qu'est-ce que tu penses? How do you think the ban will affect California chefs and diners?

Clarissa Cruz is the Fashion Features Editor of O, The Oprah Magazine. She is the former Style Editor of People magazine and has written for Entertainment Weekly, InStyle, Food & Wine, and Budget Travel. She has also appeared as an entertainment expert on television, including the Today show, the CBS Early Show, Access Hollywood, MTV, VH1 and E!. Elle vit à New York.


Voir la vidéo: Tous les secrets dun bon foie gras (Décembre 2021).